Vous vous doutez qu’avec la flemme qui me caractérise, je me serais gardé de démarrer un nouvel article si je ne faisais pas de différence entre les deux. Vu de l’Administration[1], nous sommes des artistes dramatiques, tous autant que nous sommes, et nous formons avec les artistes de variété et quelques autres la famille syndicale des artistes interprètes. Et nous voilà bien avancés ^^

Wikipédia les traite en synonymes, et, en creusant un peu, il s’avère que le terme acteur remonte à Molière, qui l’utilise dans l’Impromptu de Versailles. Aujourd’hui, ceci étant, on entend plus souvent le terme acteur pour le cinéma, et comédien au théâtre. Je croyais, avant de vérifier pour le présent article, que les acteurs nous venaient de la fin de XIXe siècle et de la tradition du Théâtre Libre d’André Antoine, où l’acteur[2] devait être le personnage, par opposition à la tradition de l’époque où on jouait la comédie en déclamant de façon parfois outrancière. Tradition passée, via Stanislavski et Lee Strasberg, au célèbre Actors Studio de la nouvelle York.

Le comédiens, donc, se revendiquent plus du théâtre. Je pense, pour ma part, effectivement, qu’il est plus facile pour un non-professionnel de passer très efficacement à l’écran, en étant lui-même, donc, que sur une scène de théâtre où, si on n’a pas quelques trucs pour passer la rampe, personne ne vous entend crier au-delà du premier rang. Ni ne voit ce que vous racontez.

Pour ma part, je crois que ce que je fais consiste beaucoup moins à être sur scène qu’à faire partager une histoire. Ce qui me place durablement dans le camp des comédiens – même si je m’efforce de ne pas cabotiner et déclamer en prenant des temps de sociétaire[3] !

Voilà, je termine ma valise et prends la route des vacances, on se retrouve à la rentrée. Je reprends les représentations à partir du 15 septembre. Je compte sur vous !

Notes

[1] toujours majusculer les trucs qui peuvent avoir une influence dramatique sur vos revenus

[2] étymologiquement celui qui agit, vous l’aurez compris

[3] Sociétaire de la Comédie Française, naturellement, un temps réputés pour leurs interprétations poussiéreuses et peu énergiques. Le Français s’est nettement renouvelé depuis ;-)