Au cœur de mes préoccupations de l’été, il y avait, donc, l’idée de trouver comment j’allais m’emparer, pour la III, 12, toujours elle, d’un accent de Bergerac, que Cyrano prétend retrouver pour retarder de Guiche sans être reconnu.

Je me doute que mes lettrés lecteurs savent que, contrairement au personnage de Rostand, le Cyrano historique n’a jamais été gascon mais bien parisien, Bergerac étant le nom d’une propriété familiale elle-même peu éloignée de la capitale. Il m’eût fort arrangé que notre héros s’emparât d’un bon vieil accent titi parigot qui m’est, lui, tout à fait familier. À la limite un accent provençal. J’en connais les contours, ayant vécu plusieurs années en Vaucluse. Mais gascon, oh, bonne mère, je me voyais pas rendu.

J’ai donc enquêté, écouté parler cadette de Gascogne ou tromblon du Béarn, révolutionnaire humaniste ou mousquetaire à tranche-lard voire frisée de Couvemaison et je crois, enfin, tenir une piste : il me semble que l’accent du sud-ouest détache un peu plus les sons, attaque un peu plus les consonnes, sans renoncer à faire chanter les accents toniques de la manière particulière qui m’est familière. Les nasales, aussi, me semblent moins détachées qu’en Provence. C’est là que je situe, pour l’instant, la nuance entre les influences ibériques et tansalpines des deux bouts de la langue d’oc[1].

Plus qu’à réussir à marquer ça avec souplesse dans la voix, comme si je savais parler de la sorte et rendre méconnaissable la voix de notre héros dès sa première réplique « masquée » :

De la lune

Ah oui, quand même, j’ai tout ça pour être méconnaissable ?! Bon, bon, bon, Ed, tu ne m’en feras jamais d’autres. On va peut-être compter un poil sur la bonne volonté du public, du coup, pour le démarrage de la scène…

Notes

[1] mais je suis ouvert à toute précision, suggestion, ressources en lignes pour compléter mon idée