Noé Cendrier

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 1 août 2011

La tête et les jambes

Si je ne l’ai jamais vue, j’aime beaucoup le titre de cette vieille émission de télé[1]. Et je trouve que là, en ce qui concerne Cyrano, ça va bien. Et c’est le titre qui convient pour parler un peu concret. Car il n’y a pas que la beauté immatérielle du verbe, il y a la chair qu’il faut mettre autour, et ça n’est pas forcément une mince affaire.

C’est peut-être la caractéristique la plus spontanément impressionnante du personnage[2] : il est à la fois subtil dans sa pensée, poète, philosophe et vif, puissant, imbattable physiquement. Et, donc, je dois évoquer ça. Moi qui ai toujours été un cancre en sport !

Première alerte… sur la voix. Les premières répétitions, une petite douleur, une fatigue persistante a semblé s’installer dans ma gorge. Damn’, fulminais-je in petto, si mon outil de travail me trahit ?… Et puis, sur la dernière semaine de répétition plus d’alerte de ce côté-là. Un peu rassuré, donc. La voix particulière du personnage se pose légèrement dans mes graves[3] : l’autorité indispensable du bonhomme en a besoin. Et il n’hésite pas à donner de l’énergie avec, le bougre. Mais, donc, Il semble que mes cordes vocales, une fois chauffées, soient prêtes à accepter cette aventure.

Et puis samedi matin, dernière répétition avant la pause. On place la III, 12. J’ai fini en nage. Et depuis, j’ai des courbatures aux abdominaux ! Je resterai discret sur les acrobaties de la scène, afin de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais disons qu’on n’a pas fait dans l’économie de mouvement.

Comme me le rappelle régulièrement mon cher metteur en scène : Une des difficultés d’un rôle pareil, c’est d’en trouver le souffle. Ne pas se vider avant la fin. En avoir sous le pied, tout en se donnant copieusement, jusqu’à la chute finale. Se poser vaguement la question de comment on va se relever pour saluer après ça, mais être solide jusqu’au bout.

Décidément, les métiers de fainéants, c’est pas de tout repos…

Notes

[1] je découvre sur cette fiche Wikipédia que « la tête » et « les jambes » étaient deux candidats, fichtre, voilà qui va à l’encontre de l’idée de mon billet. M’en fous je garde le titre, personne n’a l’émission en tête de toute façon :sifflote:

[2] en tout cas pour moi

[3] confessons-le : je suis plutôt ténor, quant à moi

lundi 25 juillet 2011

Sacré Edmond !

Il suffit de connaître même vaguement la pièce pour savoir que le sieur de Bergerac, c’est pas du petit personnage qu’on joue entre deux portes. Mais quand on rentre dans le détail dans la pièce, on voit les petites surprises que nous a réservées l’auteur.

La tirade des nez, ce numéro virtuose et gouleyant suivi d’un duel en vers pas piqué des hannetons, est opportunément situé au début de la pièce, histoire d’être sûr de fatiguer tout de suite le comédien… Et, pour finir la pièce, un grand numéro de pourfendage de fantômes frénétique et de bouffées délirantes, le truc parfait pour respirer au bout d’une pièce où on a bien beaucoup causé.

Car ayé, je suis mort. Vendredi, comme je l’ai dit sur Twitter.

Et mes craintes se sont confirmées.

On nous demande parfois[1] : « Mais comment vous faites pour ne pas rire en disant / faisant des choses aussi drôles ». Ce qui n’a pas été, pour moi, un vrai problème depuis bien longtemps. Le personnage est dans la situation, et, aussi drôle soit-elle, elle ne le fait pas rire, lui. Je trouve facilement la distance. Le souci à ce niveau est plutôt l’imprévu sur le plateau, le comédien, moi ou un autre, qui trébuche inopinément sur un mot ou un obstacle imprévisible et peut provoquer la tentation du fou-rire.

Mais cette fois, le jeu va consister à ne pas se faire avaler par l’émotion qui me saisit. Arriver à dire les mots sans qu’ils me fuient par les yeux et que la voix se fragmente en vagissements. Pour la première fois depuis, je crois, 1989[2], j’ai entendu un metteur en scène me dire qu’il fallait que je donne un peu plus de son. Car le volume, à ce moment précis, je n’en avais plus une once. Je luttais avec force pour ne pas me mettre à sangloter, aller au bout de la réplique… Le plus fort, c’est que mes camarades de scène se sont à peine rendus compte de mon niveau lacrymal ! Et il y avait dans leur commentaire quelque chose d’incrédule. Tout le monde, apparemment, ne réagit pas aussi sérieusement que moi à cette histoire-là. À ce fracas que fait dans ma tête la fin de ce personnage. Au vide abyssal que crée cette disparition. Au scandale de cette mort-là[3]

Va me falloir respirer profondément, je crois, pour dire certains vers, mais je suis déterminé à faire les efforts nécessaires pour que ce soit chouette pour ceux qui nous feront l’amitié de se déplacer ! La pièce, il me semble, le mérite.

Notes

[1] notamment les groupes scolaires, qui réservent en sus de la représentation un moment d’échange avec les comédiens

[2] ouais, j’avais une sale voix post-mue, à l’époque

[3] sachons nous scandaliser pour de grandes causes ^^