Noé Cendrier

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 23 août 2011

La quête

Au cœur de mes préoccupations de l’été, il y avait, donc, l’idée de trouver comment j’allais m’emparer, pour la III, 12, toujours elle, d’un accent de Bergerac, que Cyrano prétend retrouver pour retarder de Guiche sans être reconnu.

Je me doute que mes lettrés lecteurs savent que, contrairement au personnage de Rostand, le Cyrano historique n’a jamais été gascon mais bien parisien, Bergerac étant le nom d’une propriété familiale elle-même peu éloignée de la capitale. Il m’eût fort arrangé que notre héros s’emparât d’un bon vieil accent titi parigot qui m’est, lui, tout à fait familier. À la limite un accent provençal. J’en connais les contours, ayant vécu plusieurs années en Vaucluse. Mais gascon, oh, bonne mère, je me voyais pas rendu.

J’ai donc enquêté, écouté parler cadette de Gascogne ou tromblon du Béarn, révolutionnaire humaniste ou mousquetaire à tranche-lard voire frisée de Couvemaison et je crois, enfin, tenir une piste : il me semble que l’accent du sud-ouest détache un peu plus les sons, attaque un peu plus les consonnes, sans renoncer à faire chanter les accents toniques de la manière particulière qui m’est familière. Les nasales, aussi, me semblent moins détachées qu’en Provence. C’est là que je situe, pour l’instant, la nuance entre les influences ibériques et tansalpines des deux bouts de la langue d’oc[1].

Plus qu’à réussir à marquer ça avec souplesse dans la voix, comme si je savais parler de la sorte et rendre méconnaissable la voix de notre héros dès sa première réplique « masquée » :

De la lune

Ah oui, quand même, j’ai tout ça pour être méconnaissable ?! Bon, bon, bon, Ed, tu ne m’en feras jamais d’autres. On va peut-être compter un poil sur la bonne volonté du public, du coup, pour le démarrage de la scène…

Notes

[1] mais je suis ouvert à toute précision, suggestion, ressources en lignes pour compléter mon idée

lundi 1 août 2011

La tête et les jambes

Si je ne l’ai jamais vue, j’aime beaucoup le titre de cette vieille émission de télé[1]. Et je trouve que là, en ce qui concerne Cyrano, ça va bien. Et c’est le titre qui convient pour parler un peu concret. Car il n’y a pas que la beauté immatérielle du verbe, il y a la chair qu’il faut mettre autour, et ça n’est pas forcément une mince affaire.

C’est peut-être la caractéristique la plus spontanément impressionnante du personnage[2] : il est à la fois subtil dans sa pensée, poète, philosophe et vif, puissant, imbattable physiquement. Et, donc, je dois évoquer ça. Moi qui ai toujours été un cancre en sport !

Première alerte… sur la voix. Les premières répétitions, une petite douleur, une fatigue persistante a semblé s’installer dans ma gorge. Damn’, fulminais-je in petto, si mon outil de travail me trahit ?… Et puis, sur la dernière semaine de répétition plus d’alerte de ce côté-là. Un peu rassuré, donc. La voix particulière du personnage se pose légèrement dans mes graves[3] : l’autorité indispensable du bonhomme en a besoin. Et il n’hésite pas à donner de l’énergie avec, le bougre. Mais, donc, Il semble que mes cordes vocales, une fois chauffées, soient prêtes à accepter cette aventure.

Et puis samedi matin, dernière répétition avant la pause. On place la III, 12. J’ai fini en nage. Et depuis, j’ai des courbatures aux abdominaux ! Je resterai discret sur les acrobaties de la scène, afin de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais disons qu’on n’a pas fait dans l’économie de mouvement.

Comme me le rappelle régulièrement mon cher metteur en scène : Une des difficultés d’un rôle pareil, c’est d’en trouver le souffle. Ne pas se vider avant la fin. En avoir sous le pied, tout en se donnant copieusement, jusqu’à la chute finale. Se poser vaguement la question de comment on va se relever pour saluer après ça, mais être solide jusqu’au bout.

Décidément, les métiers de fainéants, c’est pas de tout repos…

Notes

[1] je découvre sur cette fiche Wikipédia que « la tête » et « les jambes » étaient deux candidats, fichtre, voilà qui va à l’encontre de l’idée de mon billet. M’en fous je garde le titre, personne n’a l’émission en tête de toute façon :sifflote:

[2] en tout cas pour moi

[3] confessons-le : je suis plutôt ténor, quant à moi